UESHIBA Morihei - O sensei

O Sensei, Le fondateur de l'aïkido
UESHIBA Morihei, appelé O Sensei (qui signifie grand maître, titre donné aux fondateurs d'Ecole), est désormais bien connu, et à juste titre, comme un des plus fameux maîtres d"arts martiaux.

Il dût relever de nombreux défis qu'il remporta sans exception.

Il est le fondateur (Kaïso) de l'Aïkido dont il est le 1er doshu (gardien de la voie), art martial à la renommée internationale, dont la popularité va grandissante.

O Sensei a consacré sa vie à l'étude des arts martiaux et, profondément mystique, il a accompagné cette recherche d'une quête spirituelle intense.

En outre, son sens profond des responsabilités sociales l'amena souvent à œuvrer pour le bien-être de la communauté, sachant s'opposer quand cela était nécessaire aux décisions gouvernementales. Son honnêteté et son dévouement lui valurent l'estime de tous.

Après avoir étudié et maîtrisé de nombreux styles de l'art du combat japonais (il a obtenu deux menkyo-kaiden(s) et un okuden, diplôme décerné exceptionnellement), il crée l'aïkido, art martial à l'originalité sans précédent, conciliant la pratique martiale avec ses convictions humanistes.

Dans le Japon d'avant-guerre, il enseigna son art dans plusieurs écoles et académies militaires. Mais en 1942, alors que le monde était en proie à la guerre, Ueshiba, attristé par cette situation décida de se retirer à Iwama, préfecture d'Ibaraki, pour se consacrer au perfectionnement de son art et à l'agriculture.

Il était intimement convaincu que la tâche d'un véritable samouraï est de construire un monde de paix et de protéger toute forme de vie. Affligé par les horreurs de la guerre, il passait de longues heures à prier.
Voilà ce qu'il déclara à l'époque :
"l'Armée comporte un nombre croissant d'individus qui se servent aveuglément de leur pouvoir. Ils ont oublié qu'il faut porter secours à ceux
qui souffrent. Ils sont une poignée de fous qui défilent en exhibant leur violence, leur intolérance et leur amour de la destruction. Il faut être vraiment stupide pour aller ainsi contre la nature et la volonté du Kami."
"La Voie du Budo insuffle une vie nouvelle dans cette force universelle qui donne naissance à toute chose. L'harmonie, l'amour et la courtoisie sont les éléments essentiels du véritable Budo, mais ceux qui détiennent le pouvoir de nos jours ne pensent qu'à jouer avec des armes. Ils considèrent à tort le Budo comme un instrument de violence et de destruction et voudraient se servir de moi à ces fins. Je suis las de cette stupidité et n'ai aucune intention de devenir un instrument entre leurs mains. La retraite est ma seule issue."

Trois rencontres décisives auront sur lui une grande influence. La première sur l'aspect social, la seconde sur l'aspect technique et la troisième sur le plan spirituel :
MINAKATA Kumagusu qui lui fit prendre conscience de l'intérêt de préserver l'environnement et de considérer le monde comme une unité.
Maître TAKEDA Sokaku qui lui enseigna son art du Daïto Ryu Aïki-Jutsu.
Révérend DEGUCHI Onisaburo fondateur de la philosophie Omoto-Kyo, qui prônait la paix et l'amour entre les peuples.

Pour aller à la présentation de ces trois personnalités cliquer sur un des noms.

MINAKATA Kumagusu TAKEDA Sokaku DEGUCHI Onisaburo

Biographie d'O sensei
- 1883 (Meiji 16) - Naissance le 14 décembre à Tanabe près d'Osaka, préfecture de Wakayama, dans l'île de Honshu, quatrième enfant et seul garçon de Yoroku et Yuki.

- 1890 (Meiji 23) - Fréquente à partir de septembre l'école du temple Jizoji (bouddhisme Shingon).

- 1893 (Meiji 26) - Pratique le Zen au temple Homanji, dans le village de Akitsu.

- 1893 (Meiji 26) - Son père l'initie aux méthodes de combat des Samouraïs et au maniement du sabre et de la lance.

- 1895 (Meiji 28) - Voit son père, membre du conseil municipal, bousculé par un groupe adverse, décide de se consacrer au Bujutsu.

- 1897 - A 14 ans, collégien, devient professeur assistant de soroban (l'abaque, qui est un boulier servant à divers calculs). Est encore malade et doit quitter le collège.
Continue à témoigner d'un grand intérêt envers le Budo. Demande des leçons, à l'occasion, aux maîtres d'arts martiaux de passage. Cette époque marque le début de son expérience dans le Budo.
Par la suite, travaillant à la perception de Tanabe, il s'intéresse aux problèmes des pêcheurs et des paysans. Révolté par leurs conditions de vie, il participe à différents mouvements de protestations soulevés par de nouvelles réglementations, puis démissionne de son emploi.

- 1901 - Veut se consacrer au commerce et se rend à Tokyo où il reçut officiellement son premier enseignement en arts martiaux à l'école Tenshin-Shyno Ryu. Il pratique également  le Kito-Ryu avec Maître TOZAWA Tokusaburo (de son vrai nom TABARI Takisaburo). Mais des problèmes de santé l'obligent à retourner dans sa région où il finira par se rétablir complètement.

- 1902 - Entraînement quotidien dans la montagne. Il épouse ITOKAWA Hatsu, une amie d'enfance.

- 1903 - Il se rend à Sakai pour étudier le sabre avec Maître NAKAI Masakatsu de l'école Goto-Ha Yagyu Ryu, dont il sera diplômé en 1908.

- 1903 - De robuste constitution, il accomplit son service militaire au régiment de Wakayama.

- 1904 - Il s'engage dans l'infanterie et prend part aux combats lors de la guerre russo-japonaise en Mandchourie. Il sera remarqué pour sa bravoure et sera sollicité pour entrer dans une école d'officiers.

- 1906 - Retour au Japon.

- 1908 - Reçoit le Menkyo kaiden de l'Ecole Yagyu  (haut diplôme, décerné exceptionnellement).Rencontre MINAKATA Kumagusu, fervent défenseur de l'environnement. Morihei Ueshiba s'investit alors dans la défense de l'environnement et prend part à des discours et des pétitions contre le gouvernement.

- 1910 - Naissance de sa fille aînée Matsuko.

- 1911 - A la tête d'un groupe de pionniers, il fonde le village de Shirataki sur l'île d'Hokkaido, alors peu peuplée.

- 1915 - En février, à Engaru (Hokkaido), rencontre déterminante avec le Maître SOKAKU Takeda qui lui enseigne les techniques secrètes du Daïto Ryu Aïki-Jutsu, dont il obtient le menkyo-kaiden (diplôme de Maîtrise) en 1916. C'est de l'influence de cet art martial que naîtra l'Aïkido.

- 1917 - En juillet, naissance de son fils aîné Takemori.

- 1918 - Elu conseiller aux élections municipales, il démarre la construction de la ligne de chemin de fer d'Hokkaïdo.

- 1919 - Fin décembre, son père gravement malade, il décide de retourner à Tanabe. Au cours de son voyage, il entendit parler du Révérend DEGUCHI Onisaburo, responsable de la religion Omoto-Kyo, et qui avait la réputation de guérir. Il décida d'aller à Ayabe pour rencontrer ce prêtre, afin qu'il prie pour son père.

- 1920 - Lorsqu'il arriva finalement à Tanabe, il eut la douleur d'apprendre la mort de son père quatre jours auparavant, le 2 janvier. Très affecté par cette perte, il passe de longs mois à prier et méditer, puis il déménage à Ayabe pour rejoindre la communauté de l'Omoto-Kyo.
Fondation de son premier dojo : Ueshiba Juku.Naissance de son deuxième fils Kuniharu.Mort de ses deux fils (en août et septembre).

- 1921 - Le 27 juin, naissance de son troisième fils Kisshomaru (qui sera plus tard le 2ème doshu). Etude du Kototama.

— M. Ueshiba en 1921 —

- 1922 - Son école est connue sous le nom de Ueshiba-Ryu Aiki-Bujutsu.Il étudie les techniques de Jujitsu du Shinkage-Ryu, il en sort diplômé.

- 1924 - Il quitte le Japon pour accompagner le révérend DEGUCHI et quelques disciples en Mongolie, afin de créer une alliance entre les armées chinoise et japonaise. Après maintes péripéties, leur tentative échoua et ils furent emprisonnés par les Chinois.
Le 25 juillet, ils sont rendus aux autorités japonaises grâce à l'intervention du consul du Japon. UESHIBA Morihei retourne à Ayabe. C'est dans cette retraite qu'il a la révélation de son art et, percevant intuitivement la vraie nature du Budo, il met au point les principes de l'Aïkido.
Enseignement itinérant et pratique l'art de la lance du style Hozoin.

- 1927 - Il s'installe à Tokyo. Un dojo est aménagé dans une salle de billard que met à sa disposition le prince Shimazu. Par la suite le dojo changera fréquemment de place.

- 1928 - Il enseigne à l'entourage de la famille impériale et devient professeur de Budo à l'Ecole Navale. Son école est surtout fréquentée par des hauts dignitaires de la cour impériale, experts en Budo, nobles, généraux et amiraux dont TAKESHITA Isamu, ASANO Seikyo et YAMAMOTO Gambei.

— L'amiral Takeshita —

- 1929 - Maître UESHIBA s'installe provisoirement dans une demeure sur la colline de Mejiro.

- 1930 - Débute la construction d'un nouveau dojo. En attendant la fin des travaux, les entraînements ont lieu dans une salle provisoire à Mejirodai.
C'est là, en octobre, que Maître KANO Jigoro, le fondateur du Judo, accompagné de quelques hauts gradés, lui rend visite. Enthousiasmé, Maître KANO déclare "Voilà mon idéal du Budo" et détache les meilleurs experts du Kodokan, MOCHIZUKI Minoru, entre autres, pour étudier l'Aïkido avec Maître UESHIBA.

- 1931 - En avril, le nouveau dojo, nommé Kobukan, est installé définitivement à Wakamatsu-Cho dans le quartier de Shinjuku à Tokyo.

- 1932 - Il est nommé président du Budo Sen'yokei (association de tous les arts martiaux)

- 1936 - l'art de Maître UESHIBA est appelé indifféremment Aïki-Bujutsu ou Aïki-Budo.
De nombreux dojos sont ouverts au Japon ainsi qu'en Mandchourie. l'Aïki-Budo est enseigné dans les services secrets de l'armée, la Kempetai.

- 1940 - Il est membre du Comité pour la promotion du Budo sous l'autorité du premier ministre KONOE.
Le Kobukai devient le Zaidan Hojin Kobukaï (Fondation Kobukai). Après les milieux militaires, l'Aïkido pénètre l'élite des grands trusts et des universités.

- 1942 - Tous les arts martiaux sont regroupés dans le Butoku Kai. Le nom Aïkido est utilisé pour la première fois. La guerre ayant dispersé la plupart de ses élèves, O Sensei se retire à Iwama, laissant l'enseignement au quartier général de Tokyo à son fils Kisshomaru.

- 1944 - fondation de l'Aïki Jinja, sanctuaire de l'Aïki, à Iwama.

- 1945 - fondation du dojo d'Iwama (depuis 1942, les entraînements avaient lieu en plein air).

— Dojo d'Iwama —

- 1946 - Les Américains interdisent les arts martiaux.

- 1948 - A la levée de l'interdiction, réouverture du Kobukai qui devient le 9 février le Zaidan Hojin Aïkikaï - Aïkido So Hombu (centre mondial de l'aïkido de la Fondation Aikikai).
Dès lors, l'Aïkido connaît un développement très rapide. Des experts sont envoyés à travers le monde pour répandre cette discipline.

— Aikikai à Tokyo —

- 1951 -  L'Aïkido est introduit en France par Maître MOCHIZUKI Minoru. Naissance de son petit- fils Moriteru (qui sera plus tard le 3ème doshu)

- 1952 -  Maître ABE Tadashi s'installe en France pour quelques années.

— O sensei Ueshiba —

- 1956 -  Première démonstration publique par O Sensei et ses élèves.

- 1959 -  Maître NAKAZANO Mutsuharu s'installe en France.

- 1960 -  Le 3 novembre, UESHIBA Morihei est décoré de l'Ordre du Shiju-Hosho par l'Empereur Hirohito pour ses mérites dans la fondation de l'Aïkido.

- 1961 - Le 27 février, le gouvernement japonais reconnaît officiellement l'Aïkikaï so hombuPremière tournée à l'étranger, et démonstrations à Hawaii à l'occasion de l'inauguration de l'Aikikai de Hawaii.

- 1963 -  Maître NORO Masamichi s'installe en France.

- 1964 - UESHIBA Morihei est décoré de l'Ordre du Mérite par l'Empereur Hirohito.
Maître TAMURA Nobuyoshi, le directeur technique de notre fédération (F.F.A.B.), s'installe en France.

- 1969 - O SENSEI s'éteint le 26 avril, à 5 heures du matin. Décoré à titre posthume de l'Ordre du Trésor Sacré.

 
  HAUT DE PAGE